Accueil

Mon terrain journalistique? Quelques pixels seulement…

Version imprimable Suggérer par mail
 Article publié le 24-04-2010

  nytimes


«Home page producer», «front page editor», chef d’édition Web… Ces noms un peu barbares désignent l’un des métiers du journalisme sur le Web , celui que fait Ariane Bernard, au Nytimes.com. Celle-ci est venue à l’école de journalisme de Sciences Po donner une master class ce jeudi. Son travail? Organiser le «mix» des informations sur la page d’accueil du site du New York Times et faire tourner articles, reportages, diaporamas, vidéos, informations de dernière minute selon un rythme ad hoc.

 

 

Un Tétris d’informations

 

«Le home page producer doit veiller à mettre davantage en scène les contenus qui concernent l’actualité et les grandes enquêtes du New York Times, commence Ariane Bernard, tout en jonglant avec des dépêches qui viennent des agences de presse et des informations signées par les bureaux du New York Times à l’étranger», en l’occurrence des bureaux de Paris et Tokyo. Durée de vie d’une information sur la «une» du nytimes.com? Environ 6 heures, mais pas à la même place. En tout, il y a plusieurs espaces possibles sur une «zone de pixels assez limitée» (la surface de la page d’accueil) où placer un contenu. La place de celui-ci dépend de «la force» de l’information qu’il contient. C’est là toute l’ambiguïté. Qu’est-ce qu’une information forte selon vous?, demande une journaliste dans la salle. Réponse d’Ariane Bernard: une information qui va évoluer. Par exemple, une enquête sur la Maison Blanche qui va susciter des réactions du gouvernement américain, un attentat dont le nombre de morts évolue, etc.

 

>> Lire la suite sur Work In Progress >>

Commentaires
Rechercher
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."



 
< Précédent